Atelier sur l’élaboration de norme pour la qualité de l’air

Atelier sur l’élaboration de norme pour la qualité de l’air

Atelier de validation de la norme pour la qualité de l’air.

Une réunion du Comité Technique de Normalisation (CTN) pour l’élaboration de la norme sur la Qualité de l’Air a été organisée du 24 au 28 Juillet 2023 à l’Espace Taratra- Mandaniresaka Antsirabe Région Vakinankaratra sous la coordination du Bureau des Normes de Madagascar. Cette réunion a vu la participation des différentes parties prenantes issues de différents départements ministériels, des ONGs, de la société civile et des différents centres de recherche concernés à Madagascar.

A l’issue de la réunion, les membres du comité technique de normalisation ont décidé de valider la norme qui sera prochainement mise à la disposition du public

Pourquoi la norme de qualité de l’air ?

La pollution de l’air constitue un problème majeur pour la santé humaine et de l’environnement. Ce fléau est l’un des déterminants de la santé publique. Les polluants peuvent être primaires (émis directement par une source donnée) ou secondaire (n’est pas émis directement en tant que tel mais se forme lorsque d’autres polluants primaires réagissent dans l’atmosphère). La présence de ces principaux polluants dans l’air intérieur ainsi qu’extérieur nécessite des moyens de contrôle efficace, afin de soutenir la protection sanitaire et environnementale de la population. Des risques surviennent lorsque le taux des polluants atmosphériques par mètre cube d’air dépasse un certain seuil.

Dans le monde, 630 millions des enfants de moins de 5ans sont exposés à des niveaux de pollution supérieure aux lignes directrices de l’OMS relatives à la qualité de l’air, qui peut entrainer un retard de croissance des poumons, des retards du développement mental et moteur, une naissance prématurée, un faible poids à la naissance, des cancers de l’enfant. La réduction de l’exposition à la pollution de l’air, à la fois, intérieur et extérieur, contribuera à la baisse du nombre des AVC, des cardiopathies, des cancers du poumon mais aussi des maladies respiratoires aigües et chroniques, comme l’asthme. Pareillement, le contexte national s’avère être alarmant. Madagascar se situe au quatrième rang des pays qui marquent un nombre élevé de décès causé par les maladies liées à la pollution de l’air (bilan 2018, Global Alliance on Health and Pollution).

Enfin, pour appliquer cette nouvelle norme, Madagascar doit améliorer son système de contrôle en renforçant les capacités de différents organismes en leur dotant les matériels et compétences nécessaires.

Source : BNM, 2023